AFRICAN ARTISTS IN EXILE
AFRICAN ARTISTS IN EXILE

AFRICAN ARTISTS IN EXILE

Vernissage Vendredi 4 Mars 18h > 21h

Exposition du 5 au 13 Mars

29 Place de la Carrière – Nancy
ENTRÉE LIBRE

BERS-GRANDSINGE


Jean-Pierre Bers dit « Bers-Grandsinge » est né en 1955 en République Démocratique du Congo et a suivi des cours d’arts plastiques à l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa.

Au cours d’un voyage aux USA en 1985, il fait la connaissance de Basquiat qui dira de lui qu’il est le plus grand singe d’Afrique : ainsi naquit son nom d’artiste « Bers Grandsinge ».

Arrivé à Bruxelles  la même année et devient le premier artiste congolais représentatif des courants artistiques contemporains à s’installer en Europe.

L’œuvre de Bers Grandsinge traduit une vision singulière de l’humanité où l’Homme est en perpétuel mouvement et vit une constante mutation.

Les œuvres de Bers Grandsinge font partie de collections privées notamment en Belgique, France, Suisse, Allemagne et USA.

MARIYEM MOUTAOUAKKIL



Mariyem Moutaouakkil , 29 ans, est une artiste et architecte marocaine, née à Meknès, au Maroc.

A 17 ans, elle s’installe seule en France pour étudier l’urbanisme et l’architecture à Nancy, qui deviendra sa ville de coeur et d’adoption. Issue d’une génération “culture geek”, sa pratique artistique consiste aujourd’hui en la création de collages mixtes numériques inspirés de ses multiples facettes: hommages à la science-fiction et à la culture berbère, à la couleur et à la femme, à l’espace et au temps.

PAUL IBOKO


PAUL IBOKO, 37 ans, congolais, vivant à Paris.

Autodidacte, Paul Iboko trouve sa voie créatrice en découvrant une pratique ancestrale d’Afrique de l’Ouest consistant à utiliser des masques, petits et transportables, comme pièces d’identité. 

Son projet artistique trouve un aboutissement dans la sauvegarde de cette coutume vouée à l’oubli dans un monde de communication dématérialisée : quiconque adopte un masque s’approprie cette culture et en pérennise la transmission.


MUFUKI


MUFUKI  est né en 1973 d’une mère belge et d’un père congolais.

Il a étudié à l’Académie Royale des Beaux-arts de Bruxelles et a essentiellement exposé son travail en Belgique. 

La peinture de Mufuki traite des côtés obscurs de la vie, mettant en scène des personnages en quête d’identité ou en proie à la solitude.

Il compare souvent ses peintures à des haïkus : « je m’inspire des petits moments du quotidien et des flashs qui m’apparaissent…» et dit avoir été influencé par Francis Bacon et sa façon d’organiser la peinture sur la toile en perspective fracturée.


.